Cura, Simplify3D ou Prusa Slic3r ? Quel Slicer choisir ?

par

Qu’est-ce qu’un slicer ?

Les Slicers d’impression 3D, appelés également « logiciels de découpe 3D » en français, permettent de préparer un modèle 3D pour l’imprimante 3D. C’est le slicer qui va « découper » notre pièce en fines couches, définir le remplissage de la pièce, l’épaisseur des parois ainsi que de nombreux paramètres d’impression.

Workflow impression 3D

Le flux de travail (en anglais « workflow ») de l’idée au premier prototype imprimé en 3D

En d’autres termes, un slicer permet de :

  • « Découper » un modèle 3D selon le nombre de couches définies par la hauteur de couche (résolution d’impression sur l’axe Z)
  • Transformer un modèle 3D maillé (.STL/.OBJ) en fichier machine (ordres donnés à l’imprimante 3D via les commandes G-Code)
  • Définir les paramètres d’impression 3D (températures de chauffe, vitesses, accélérations, taux de remplissage, etc…)
  • Permet parfois de communiquer directement avec l’imprimante 3D
Pilote Imprimante Brother

Imprimante jet d’encre (avec les pilotes Brother ici)

Slicer Ultimaker Cura

Imprimante 3D (avec le Slicer Ultimaker Cura)

Par analogie à l’impression 2D, un slicer c’est un peu comme la fenêtre de vos propriétés d’impression 2D où vous allez définir le type de papier, la qualité d’impression et l’orientation de votre page. En 3D, c’est le slicer qui fait office de fenêtre de propriété.

Slic3r, le pionnier

Slic3r a été développé en 2011 conjointement au développement du projet RepRap. L’objectif étant de créer une interface et un algorithme de découpe entièrement Open-Source. La dernière mise à jour officielle du logiciel date du 18 mai 2018. Cependant, Slic3r reste compatible avec la majorité des imprimantes 3D du marché, car énormément de firmwares sont pris en charge. De plus, un assistant vous guidera au travers de la configuration de votre imprimante.

Si vous souhaitez rester sur un projet totalement Open-Source, à l’interface vieillotte, mais efficace et que vous n’êtes pas allergique aux interfaces en anglais, vous pouvez tester Slic3r. Ce slicer est une alternative intéressante à avoir sous le coude au cas où.

Le Benchy sur Slic3r

La magnifique interface de Slic3r !

Je ne me voyais pas écrire cet article sans mentionner ce pionnier dont le développement a été repris par les équipes de Joseph Prusa pour donner naissance au Prusa Slicer que l’on verra plus loin dans cet article.

Ultimaker Cura, le petit slicer qui a bien grandi

Ultimaker aurait pu choisir de garder son slicer uniquement pour les imprimantes 3D qu’ils développaient. Au lieu de cela, Ultimaker a choisi de faire de Cura une ouverture sur la démocratisation de l’impression 3D de bureau. Ultimaker Cura propose en effet l’ajout de profils personnalisés pouvant accueillir tout type d’imprimantes.

Ultimaker ayant su atteindre de nombreuses marques et de nombreux makers, ils ont rapidement décidé d’intégrer des profils préconfigurés pour chaque imprimante 3D FDM du marché. Ce qui fait de Ultimaker Cura l’un des slicers les plus utilisés au monde aujourd’hui.

Sur les forums, réseaux sociaux, vidéos YouTube, etc… on peut apercevoir un bon nombre de versions de Cura. Je trouve important de souligner ici que Ultimaker Cura a connu 3-4 phases de développement à ce jour, dont un redémarrage du numéro de version :

  • Une première phase jusqu’à la version stable 15.04.6-RC2 compatible avec les processeurs 32 bits
  • Une seconde phase bêta « lulzbot »
  • Une troisième phase actuelle qui a débuté à la version 2.1.0 (reboot du versionning, refonte de l’interface et intégration de plugins plus facile)
  • Une troisième phase « bis » a vu le jour avec la version Ultimaker Cura Entreprise qui suit les mises à jour de la version standard avec un système plus sécurisé au niveau de l’intégration de plugins vérifiés et une intégration plus poussée du Cloud Printing pour contrôler des fermes d’imprimantes 3D à distance.
Ultimaker Cura

L’interface de la version actuelle en 4.x

Ce slicer est développé principalement sur les imprimantes 3D Ultimaker. La société travaille également avec de nombreux constructeurs pour incorporer leurs profils dans Cura.

  • L’algorithme Cura-Slicer est une référence en matière de génération de G-Code aujourd’hui.
  • L’interface est adaptée aux profils d’imprimeurs débutants, intermédiaires et confirmés grâce à la gestion des vues des paramètres.

De plus, depuis 2020, Ultimaker propose une version Entreprise de son slicer. Cette version apporte plus de sécurité et de stabilité au niveau de l’utilisation d’applications tiers comme les plugins qui doivent être impérativement vérifiés. De plus la version Entreprise propose l’accès à des formations en ligne et aux ressources Learning de Ultimaker.

Le Cloud Printing avec Ultimaker Cloud est aussi un nouvel atout dans les dernières versions de Cura. Ultimaker Cloud permet de pouvoir gérer son réseau d’imprimante 3D et donc de pouvoir planifier, gérer et suivre une ferme d’imprimante 3D sur site ou à distance.

Simplify3D, le Slicer pour les pros

Simplify3D est le seul slicer payant de cet article. Ce slicer se démarque par sa gestion avancée des process d’impression. Il est en effet possible d’utiliser plusieurs profils d’impression complètement différents au sein d’une même impression. Depuis des années déjà, Simplify3D propose de gérer jusqu’à 8 outils, c’est-à-dire jusqu’à 8 systèmes d’extrusions couplés à des corps de chauffe et des sorties de buse. Ainsi, il est possible de préparer une impression 3D sur des imprimantes 2D expérimentales et multi-outils. Une autre force de Simplify3D se situe au niveau de la gestion des supports, en automatique ou en manuel. C’est, pour moi, le slicer le plus simple à prendre en main aujourd’hui sur la gestion des supports.

Même si aujourd’hui, Simplify3D est rattrapé technologiquement par ses concurrents gratuits Ultimaker Cura et Prusa Slicer, il n’en reste pas moins une sérieuse référence des logiciels de découpe. Son algorithme de découpe se veut efficace et la gestion de la vitesse d’impression dynamique est très efficace pour garantir la qualité d’impression sur les parties les plus détaillées de vos impressions.

Prévisualisation sur plusieurs Benchy sur Simplify3D

L’interface de prévisualisation de Simplify3D

De plus, les profils d’impression Simplify3D possèdent des paramètres d’optimisation des pontages afin de pouvoir imprimer sur de plus longues distances dans le vide et sans supports. Un Slicer 3D efficace donc, si on prend vraiment le temps de le paramétrer et d’optimiser son profil d’impression.

PrusaSlicer, le nouveau slicer qui innove

Comme son nom l’indique, PrusaSlicer est un slicer développé pour les imprimantes 3D de Prusa Research. Il s’agit de l’entreprise du créateur du même nom, grand acteur du projet RepRap et de la démocratisation de l’impression 3D, à savoir Joseph Prusa.

Ce slicer, d’abord connu sous le nom de « Slic3r Prusa Edition » afin de prendre le nom définitif de Prusa Slicer, vient tout droit de Slic3r (voir le premier slicer de cet article). Il s’agit là, de la continuité du développement de Slic3r, adapté aux imprimantes 3D Prusa.

Alors pourquoi est-ce que ce slicer fait parti de cet article ? Tout simplement parce qu’on y retrouve le cœur de ce que proposait Slic3r avec toutes les améliorations développées par Prusa. Donc il est toujours possible de se créer soi-même un profil pour son imprimante 3D, qu’elle soit semblable à une imprimante Prusa ou non. Afin de démontrer cette ouverture, Prusa Research a intégré un profil préchargé d’une Creality3D Ender 3 qui fonctionne à merveille au sein de son slicer !

Préparation d'impression d'une charnière sur PrusaSlicer

Dans la zone « fragile » de ma charnière, j’ajoute un modificateur de remplissage à 100%

Et c’est là où, dans les prochaines années, Prusa Slicer risque d’attirer les Imprimeurs 3D Pro. Les équipes de Prusa Research ont réussi à intégrer des fonctionnalités très intéressantes comme :

  • La possibilité de créer des processus d’impression différents par zone (cube/sphère/cylindre ou selon une forme en .STL),
  • L’optimisation des supports combinant génération auto / ajout manuel de supports / zone d’interdiction de génération
  • Une bonne gestion de la multi-extrusion (dont les systèmes avancés type MMU)
  • Des profils d’impression 3D adaptés aux imprimantes Prusa et filaments Prusament (et la possibilité de rajouter ses propres imprimantes 3D et ses propres filaments et profils d’impressions)
Prévisualisation d'un charnière sur PrusaSlicer

Sur la prévisualisation, on notera bien que le remplissage est de 100% sur la partie la plus fragile

De plus, les principaux défauts de Slic3r ont été gommés et correctement patchés, comme :

    • Une génération de G-Code bien plus rapide
    • Une prévisualisation améliorée
    • Le logiciel est maintenant disponible en plusieurs langues dont le français
    • La compatibilité avec les imprimantes 3D à dépôt de filament cartésiennes et delta, ainsi que les imprimantes 3D à résine liquide de type SLA LCD (uniquement pour Original Prusa SL1 pour le moment)
    • La mise à jour automatique des profils d’impressions et des filaments de la marque Prusa
    • 3 types de vue des paramètres avec des conseils pratiques : simple, avancé ou expert
    • Prise en charge de 9 firmwares pour les imprimantes 3D FDM

    PrusaSlicer s’est développé très rapidement ces dernières années afin de pouvoir proposer la meilleure expérience d’impression 3D aux utilisateurs d’imprimantes 3D Prusa. Aujourd’hui, seules quelques imprimantes 3D ont vu leurs profils officiels être intégrés au configurateur. C’est un premier pas que fait Prusa vers la démocratisation de l’impression 3D par tous et pour tous, un peu comme ce que propose Ultimaker aujourd’hui avec Cura. Affaire à suivre de très près donc.

    Ma conclusion : quel Slicer choisir ?

    Aujourd’hui, il est très difficile de sortir un « meilleur » slicer parmi ces 4 logiciels de découpe. Bien entendu, on pourra éliminer Slic3r, qui est devenu aujourd’hui complètement obsolète et qui pourra aisément être remplacé par PrusaSlicer. Néanmoins, il reste tout de même 3 slicers à départager : Cura, Simplify3D et PrusaSlicer.

    Pour les imprimeurs 3D débutants

    Si vous débutez dans l’impression 3D, je vous recommande chaudement de passer par Ultimaker Cura. Vous aurez de fortes chances d’y trouver le profil préenregistré de votre imprimante 3D. Les profils d’impression 3D proposés sont en général très bons et font une bonne base pour débuter. À vous de les optimiser ensuite selon les pièces que vous imprimerez.

    Pour les imprimeurs 3D confirmés

    Pour les imprimeurs 3D confirmés qui cherchent des fonctionnalités plus avancées, le bonheur se trouvera dans Ultimaker Cura, Simplify3D et PrusaSlicer. Le dernier étant encore en développement sur l’intégration d’autres imprimantes 3D, je ne peux que vous recommander d’utiliser en priorité Ultimaker Cura et/ou Simplify3D. L’un est gratuit, l’autre est payant, mais les deux sont tout aussi efficaces.

    Personnellement, j’utilise ces deux logiciels de découpe selon les pièces que j’ai à imprimer. Pour des pièces complexes en ABS, ASA, polycarbonates et Nylon, j’opte le plus souvent pour Simplify3D qui propose une gestion des pontages et un meilleur positionnement des supports que Cura. Pour le reste, je reste sur Cura que je trouve plus intuitif et rapide à utiliser.

    Pour les imprimeurs 3D chevronnés

    Enfin, pour les imprimeurs 3D chevronnés, je ne peux que vous recommander Simplify3D. Si comme moi, il vous arrive de monter vos propres imprimantes 3D, de faire de l’impression multi-matériaux et de gérer plus de 2 sorties de buse, Simplify3D est fait pour vous.

    Par exemple, dans l’impression 3D d’une main articulée vous pourrez :

    • Utiliser un matériau pour le corps de la main (PLA, PETG ou ABS)
    • Utiliser un matériau souple pour l’accroche au niveau des doigts (TPU flexible)
    • Utiliser un filament sacrificiel pour les supports (PVA, BVOH ou HIPS)

    Ainsi l’ensemble sera imprimé en une seule fois. Et parmi tous les logiciels de découpe cités plus haut, seul Simplify3D est capable de gérer ce cas correctement.

    PS : J’attends toujours la V5 de Simplify3D avec impatience 🙂

    PS2 : Le saviez-vous ? La formation en ligne complète Créer ses propres objets en 3D de A à Z de La plateforme Imprimeur3DPro propose un parcours de formation pour chacun des slicers présentés au sein de cet l’article.

    Benoît Jellimann

    Notre guide « Créer ses propres objets en 3D« 

    En ce moment à 0€

    6 Commentaires

    1. Olivier

      Bonjour.J’ai débuté avec Cura et ensuite quand j’ai eu ma Prusa je suis passé avec Prusa slicer que j’utilise aussi avec ma ender 3.je trouve Prusa slicer plus convivial

      Réponse
    2. ERic Durant

      Bonjour

      Je ne comprends pas pourquoi tu ne parle pas de Ideamaker ?

      Réponse
      • Benoît Jellimann

        Bonjour Eric,
        Je ne parle pas d’Ideamaker ici, car nous ne l’avons pas encore beaucoup testé. Même si Ideamaker permet d’ajouter des imprimantes tierces sous Marlin ou RepRapFirmware, tout est à faire si on n’est pas sur une imprimante Raise3D. Il n’en reste pas moins un bon slicer tout comme Anisoprint Aura, Astroprint Slicer, IceSL, Nettfabb, Repetier, ect… (les slicers sont très nombreux, on s’est arrêté à 4 ici, dont l’historique Slic3r).

        Réponse
    3. olivier terrapon

      Bonjour,
      Pour ma part j’utilise cura, très intéressant, très complet, mais pour un débutant il y a matière à étudier pfffff….
      on verra plus tard pour Prusa Slicer, comme j’ai une base Prusa i3 bien modifié avec une carte Maxmicron MKSbase 1.3 32 bit.
      cela fait seulement 2 mois que je bidouille pour découvrir l’impression 3d, je kiff. en plus j’utilise DesingSpark comme modeleur 3d (gratuit).

      Réponse
    4. perrin-bonnet

      Bonjour,

      Moi j’ai simplify3d et slic3r et je commence a penne a géré fusion 360 car ses trois logiciel vont de père .

      Réponse
    5. simeant

      Bonjour,
      Pour ma part, j’utilise Prusa Slicer et même si je débute dans l’impression 3 D je le trouve très bien. j’ai beaucoup amélioré mes états de surface avec celui-ci. J’ai commencé avec Cura et dès que j’ai essayé Prusa, j’ai trouvé mon kiff avec.

      Réponse

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Découvrez notre guide "Créer ses propres objets en 3D"

    En ce moment, nous offrons notre guide gratuit à tout nouvel inscrit à notre newsletter. Profitez-en !

    Inscription OK !

    Pin It on Pinterest

    Share This